Suivi de la logistique routière : Shippeo achète son concurrent oPhone

0

Le Français Shippeo renforce son portefeuille de clients et sa R&D en achetant son concurrent lyonnais oPhone. Les deux entreprises développent des solutions de suivi en temps réel des transports routiers de marchandise. (Photo Gerhard G. / Pixabay)

Le jeune Français Shippeo rachète son concurrent lyonnais oPhone créé en 2001. Les deux entreprises ont conçu des systèmes de suivi du transport routier de marchandises à partir de la data, qui donnent aux industriels, distributeurs, transporteurs, logisticiens, etc. une visibilité précise en temps réel des tournées et en particulier des indispensables ETA (estimated time arrival). Le transport routier, très fragmenté et peu numérisé, souffre encore aujourd’hui de la difficulté à disposer de données fiables à un instant t.

Du machine learning abreuvé de données TMS, WMS et IoT

Née en 2014, Shippeo équipe déjà 70 entreprises dont Castorama, Leroy Merlin, Auchan, But, Faurecia, Saint Gobain, FM Logistic, ID Logistics… En achetant oPhone, il complète son portefeuille de clients avec d’autres grands noms comme Casino, Monoprix, E.Leclerc, U Log, Panzani ou STEF. Shippeo exploite ses propres algorithmes de machine learning alimentés par des données issues de la géolocalisation des camions, de différents TMS (système de gestion de transport), WMS (système de gestion d’entrepôts), d’objets connectés et d’équipements d’informatique embarquée. La start-up précise désormais être reliée à plus de 700 systèmes dans 70 pays chez plus de 140 000 transporteurs.

oPhone développe depuis 19 ans une solution similaire en SaaS, tableau de bord en temps réel des tournées de transport. Il devient le bureau lyonnais de Shippeo. Il fait monter le nombre d’employés de ce dernier à 135 avec une augmentation de 20% des effectifs de la R&D. Dans le cadre de son développement, Shippeo, déjà présent à Paris, Londres, Dusseldorf, Amsterdam, Madrid, Milan et Stockholm, a levé 20 millions d’euros en février afin de s’étendre encore davantage hors de France. Il affirme par ailleurs avoir engrangé au premier semestre 2020 des revenus deux fois plus importants qu’en 2019, malgré la pandémie.

Emmanuelle Delsol

Partager

Commenter